Cet homme marié et père de trois enfants préfère s’habille en femme pour travailler

    ()

    La liberté de se vêtir comme on le désire est un droit fondamental aussi bien pour la femme que pour l’homme. 

     
    On est jugés en permanence sur notre code vestimentaire mais cet homme a décidé de faire fi des préjugés. Hétérosexuel, marié et père de trois enfants, il a décidé d’enfreindre les règles vestimentaires et de porter des vêtements de femme pour aller travailler.

    Mark Bryan est un ingénieur en robotique, américain et vivant en Allemagne. Le journal New York Post, relaie l’histoire insolite de cet homme qui a décidé de s’habiller en jupe et en talons pour aller travailler.

    « Les vêtements n’ont pas de sexe »

    Sur son compte Instagram, Mark Bryan a partagé des photos de lui, arborant avec style des vêtements féminins et sexy. En s’adressant à ses 62 000 followers, il explique : « Je ne suis qu’un homme hétéro et marié, qui aime les Porshe, les belles femmes et incorpore des talons hauts et des jupes dans ma garde-robe quotidienne ».

    mark

    Mark Bryan préfère les jupes et les talons hauts : twentytwowords

    Le dressing de l’ingénieur en robotique a tout pour attiser la jalousie des plus élégantes des femmes. Dans sa garde-robe, on peut y trouver entre autres, des escarpins rouges, des jupes crayon qu’il affectionne particulièrement, des mini jupes à carreaux ou encore des bottes en daim.

    mark1

    Les chaussures de Mark Bryan faisant partie de sa garde-robe. Source : twentytwowords

    En matière de préférence vestimentaire, Bryan déclare opter pour les jupes plutôt que les robes, expliquant que ces dernières ne lui permettent pas d’amalgamer les genres. En ce qui concerne les chaussures, il a un penchant pour les talons aiguille à lanières et des sandales ouvertes par devant. Bryan qui est en plus, un entraîneur de football, explique que son choix vestimentaire n’a aucune connotation sexuelle.

    mark2

    Au travail, Mark Bryan déclare être à l’aise en chaussures à talons. Source : twentytwowords

    mark3

    Mark Bryan au travail avec un short et des boots féminins. Source : twentytwowords

    A ce sujet, il déclare à Bored Panda  qu’il a choisi cette manière de s’habiller pour être différent, en ajoutant qu’il a toujours eu une adoration pour les jupes serrées et les talons. Pour Bryan, les vêtements n’ont pas de sexe.

    mark4

    Sa famille le soutient dans son choix vestimentaire. Source : twentytwowords

    L’homme ajoute : « Je ne me sens pas différent, ce ne sont que des vêtements. Naturellement, par temps froid ou venteux, c’est physiquement différent. Quand je porte des talons, je me sens plus grand, mais aussi plus fort pour une raison quelconque. En tout, peut être que le fait d’avoir la force intérieure et la confiance nécessaire pour porter des vêtements non conformes m’a également donné la confiance et la force nécessaire pour gérer la pression au travail ».

    mark5

    Mark Bryan préfère un look masculin en haut de la taille et féminin en dessous. Source : twentytwowords

    Par ses tenues vestimentaires, Mark Bryan tente de prouver que les jupes et les talons ne doivent pas être uniquement l’apanage des femmes. Il fait preuve d’une grande ouverture d’esprit et d’une liberté d’expression, permettant de braver toute sorte de stéréotype. Son initiative a pour but de convaincre un large public que les vêtements n’ont pas de genres et qu’il est temps d’arrêter la stigmatisation de la tenue vestimentaire.

    mark6

    Mark Bryan préfère acheter ses vêtements en ligne. Source : twentytwowords

    Construire son identité à part entière

    Historiquement, le vêtement a pu permettre la différenciation des sexes. Cette dernière est perceptible par la forme des vêtements, des matières et des couleurs. Sylvain Delouvée, psychologue, explique que toute personne est conditionnée par sa culture afin de produire des stéréotypes qui deviennent automatiques même si elle n’y adhère pas automatiquement. Dans Echos Communication, on parle de changer de regard pour changer le monde. La question n’est pas de supprimer les préjugés mais de savoir quoi en faire et de pouvoir prendre du recul vis-à-vis des mécanismes cérébraux qui peuvent être inadéquats dans les contextes multiculturels actuels.

    How useful was this post?

    Click on a star to rate it!

    Average rating / 5. Vote count:

    No votes so far! Be the first to rate this post.

    We are sorry that this post was not useful for you!

    Let us improve this post!

    Tell us how we can improve this post?

    Source: Ivoirematin

    Related Posts

    Discussion about this post

    Welcome Back!

    Login to your account below

    Create New Account!

    Fill the forms bellow to register

    Retrieve your password

    Please enter your username or email address to reset your password.